Langues

09290005 - Histoire de la critique littéraire

Volume horaire total 21
Volume horaire CM 21

Formations dont fait partie ce cours

Contenu

INTRODUCTION A LA THEORIE LITTERAIRE

Prétendre définitivement résoudre la question de savoir « ce qu’est la littérature » apparaîtra comme téméraire voire simplement incongru en raison de l’énigme que l’appellation recouvre, semble-t-il, irrémédiablement. En revanche, poser la question et tenter d’y répondre (de diverses manières, jamais exhaustives) semblera au contraire relever d’un exercice d’approfondissement de notre double expérience du texte littéraire et de la lecture. N’est-ce pas ainsi que se forge l’« esprit critique » ? 
Nous analyserons différentes étapes de la pensée critique et théorique, ses stades historiques mais aussi les « écoles », les « courants », lesquels constituent autant d’approches possibles du phénomène littéraire. Mais nous tenterons également de dégager un dénominateur commun à cette multiplicité en mouvement. Autrement dit, nous réfléchirons sinon sur la possibilité d’une théorie d’ensemble (toujours suspecte de rigidité), du moins à l’émergence d’un jugement esthétique et méta-discursif. Car la théorie est inséparable d’une pratique des textes eux-mêmes (à la fois critiques et littéraires); erratique, elle résonne comme un appel, c’est pourquoi elle est destinée à être indéfiniment reprise sur le métier du critique et…dans l’esprit du lecteur. 
L’époque précédente, celle de Sartre, se targuait de s’être débarrassée du dualisme qui « oppose dans l’existant l’intérieur à l’extérieur ». La nôtre, quant à elle, semble fermement attachée à l’idée du caractère relationnel, « dialogique » pourrait-on dire à la suite d’un illustre théoricien, des phénomènes sociaux, y compris de l’acte créateur, désormais indissociable de la personne du destinataire (lecteur ou spectateur) qu’il vise intrinsèquement et non accessoirement, qu'il fait participer à la structure du texte même. Bien sûr, nous nous montrerons sensibles à la nécessaire dimension multipolaire de cette curieuse expérience qu’on nomme lecture, laquelle présuppose effectivement la double existence corrélée d’un auteur et d’un lecteur.
Mais au cœur des livres, du livre, il y a l’ambition, à la fois folle et, semble-t-il, parfaitement légitime, inévitable et naturelle, de vouloir « représenter » le monde et la vie. Aussi, nous devrons commencer par un rappel de la notion antique de « mimésis » avant d'envisager la manière dont le débat qui accompagne celle-ci se répercute sur les manières modernes de concevoir les rapports entre littérature et réalité.
Il conviendra de s’interroger sur le statut du signe (puisque c’est par lui que l’on représente) à travers les différents éclairages apportés par la linguistique. Ce sera l’occasion de rappeler le caractère central d’une telle réflexion : n’a-t-elle pas abouti à la fondation d’une nouvelle discipline, la sémiotique, laquelle est loin d’avoir livré tous ses secrets ?


Questions pouvant être abordées lors du semestre
  • La naissance de la poétique : Aristote et la poétique - Le concept de « mimèsis » et ses répercussions sur le débat contemporain portant sur les rapports entre littérature et réalité
  •  L’esthétique positiviste : la critique au miroir des sciences - Le comtisme  - Taine (et le déterminisme génétique)  - Brunetière (œuvre et genres) - Sainte-Beuve (et la question de l’auteur)
  •  Phénoménologie de la littérature : Husserl - Ingarden
  • Littérature et psychanalyse (de Freud à Lacan)
  • Marxisme et réalisme (G. Lukàcs)
  • Les formalismes (russe et américain)
  • La perspective herméneutique dans les études littéraires
  • Structuralisme et linguistique
  • Langue, sens, interprétation (s) : les approches sémiotiques
  • La critique essayiste et le roman (de Sartre et Camus à R. Barthes)
  • Kundera et la théorie du roman
  • Structuralisme et post-structuralisme

Bibliographie

Bibliographie sélective
  • Aristote, Poétique, édition de Michel Magnien, Paris, Livre de Poche.
  • Auerbach, E., Mimésis, Tel Gallimard, 1977.
  • Citton, Y., Lire, interpréter, actualiser, Pourquoi les études littéraires, Editions Amsterdam, 2007.
  • Compagnon, A., Le démon de la théorie, Seuil, 1998.
  • Collectif: Traversées du XXe siècle, Y. Bertherat, M. Daraki, G. Delannoi, J.G. Griswald, J.M. Heimonet, J.F. Lyotard, O. Mongin, P. Ricoeur, J. Roman, P. Thibaud, J. Verdès-Leroux, La Découverte, 1988.
  • Culler, J., Literary theory, Oxford University Press, 2000.
  • Delcroix M. & Hallyn, F. (Sous la direction de), Introduction aux études littéraires, Duculot, 1987.
  • Lukàcs, G., La théorie du roman, Tel Gallimard, 1989.
  • Nycz, R., Sylwy współczesne, Kraków, Universitas, 1996 (en polonais).
  • Sartre, J.-P., Qu’est-ce que la littérature ?, Gallimard Folio Essais, 1985.
  • Wellek, R. & Warren, A., La théorie littéraire, Le Seuil, 1971.

Contrôles des connaissances

Examen terminal écrit : 4 h