• Scolarité,

24 heures avec le bureau de scolarité des Masters

Publié le 30 avril 2021 Mis à jour le 6 mai 2021
Scolarité des Masters
Scolarité des Masters

Retour sur les 24 heures passées avec le bureau de scolarité des Masters dans le but de présenter les missions phares des services de scolarité.

Les 4 gestionnaires de scolarité du bureau des Masters se répartissent les 4 mentions proposées par la Faculté des Langues : Langues Etrangères Appliquées (LEA), Langues, Littératures, Civilisations Étrangères et Régionales (LLCER), Traduction et Interprétation (TI) et enfin, Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation (MEEF). Ce sont Alexandre MICOUD, Emmanuelle PAPARELLA, Francine SOULIÈRE et Déborah BOLLON qui gèrent l’ensemble des parcours.

Bien que chaque Master soit unique, il existe des similitudes entre certaines formations qui amènent les gestionnaires de scolarité à travailler ensemble, comme nous le précise Francine : « Nous gérons chacun des formations différentes même si nous échangeons régulièrement pour trouver la meilleure façon de répondre à certaines demandes ». Toutefois, à la différence des bureaux de scolarité des Licences LEA et LLCER, il n’existe pas de Responsable de bureau. Chacun s’occupe de la gestion de ses diplômes de A à Z.

Pour le bureau des Masters, les deux périodes les plus chargées sont les fins de semestres. En ce moment, les problématiques principales sont :

  • L’organisation des examens du second semestre et de seconde session qui se déroulent entre la fin avril et la fin mai.
  • La gestion de E-Candidat et ses nombreux dossiers de candidatures à analyser pour la rentrée prochaine. Cette période de candidature consiste à vérifier la conformité de tous les dossiers avant de les transmettre en commission pédagogique. Quand cette étape de sélection est passée, il faut communiquer les résultats des admissions aux candidats.

En parallèle, les gestionnaires se chargent également de l’organisation de soutenances des mémoires des parcours « Études » et « Linguistique et Dialectologie » pour la mention LLCER et de la préparation des emplois du temps pour la rentrée de septembre.

De plus, en raison du contexte sanitaire, le bureau des Masters doit manœuvrer dans une nouvelle dynamique : « Nous avons habituellement beaucoup de passage d’étudiants et enseignants dans notre bureau. La crise sanitaire a modifié notre mode principal de communication avec les étudiants » remarque Déborah. Chacun confirme que les liens avec les étudiants et les enseignants ont été particulièrement touchés ces derniers mois. Pour respecter les règles sanitaires, ils effectuent un roulement sur leur présence physique au bureau. Ainsi, ils ont dû rapidement s’adapter à cette nouvelle situation pour répondre au mieux aux différentes demandes des étudiants comme des enseignants.

« Nous sommes régulièrement confrontés aux inquiétudes légitimes des étudiants sur le déroulement de leur scolarité, il y a autant de cas particuliers que d’étudiants et chacun a besoin de recevoir des précisions aussi claires que possibles sur les incertitudes rencontrées ».

Les étudiants sont au centre de l’attention des gestionnaires. Que ce soit pour récupérer leur diplôme dans les meilleures conditions ou faire part de requêtes plus précises sur leur scolarité, le bureau reste en permanence à leur écoute. Alexandre, Emmanuelle, Francine et Déborah s’accordent à dire qu’ils ont mis en place un suivi plus personnalisé avec les étudiants afin de renforcer la communication et de conserver une connexion forte.

Déborah nous confie « Le moment le plus marquant pour moi reste la cérémonie de remise des diplômes durant laquelle nous pouvons voir les sourires et la fierté des étudiants et de leurs proches. Les derniers échanges que nous pouvons avoir avec eux à ce moment-là sont toujours très plaisants pour moi ».

Finalement, le bureau des Masters de la Faculté des Langues insiste auprès des étudiants pour qu’ils n’hésitent pas à partager leurs obstacles et insécurités. Ils restent disponibles pour les soutenir : « Tenez le coup ! ».