• Recherche,
  • Langues,

« Y los que de Manila van a Nueva España dizen que van de la China a Castilla », les enjeux des voies océaniques du Pacifique et du Galion de Manille

Delphine TEMPERE

Publié le 7 septembre 2018 Mis à jour le 7 septembre 2018

Delphine Tempere, Maître de conférence en langue espagnole a publié le 30 juin 2018, un article intitulé « Y los que de Manila van a Nueva España dizen que van de la China a Castilla », les enjeux des voies océaniques du Pacifique et du Galion de Manille dans la revue en ligne e-Spania, Revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales et moderne.


Résumé

À la fin du XVe siècle, le monde connaît une période de profonde mutation : le désenclavement planétaire s’amorce. Les océans dans ce processus d’expansion à travers le monde jouent un rôle fondamental et notamment le Pacifique. La maîtrise de ces espaces, jadis considérés comme des barrières infranchissables, permet alors à l’Europe de se lancer dans un processus d’expansion mondiale jamais égalé auparavant. Pour les Castillans, à l’époque moderne, quelle place occupe l’océan Pacifique dans leurs réseaux de communications ? Quels sont les enjeux planétaires qui se jouent dans cette partie du monde ? L’importance du processus de découverte et de maîtrise des voies océaniques du Pacifique au XVIe siècle, l’itinéraire que suit le Galion de Manille à l’aller et au retour, et enfin le parcours des missionnaires qui traversent le Pacifique pour activer les missions d’évangélisation aux Philippines et en Chine, illustrent dans cet article la dimension planétaire de cette voie de communication maritime.

Consulter le texte intégral