Aller au menu | Aller au contenu | Aller à la recherche

[ Université Jean Moulin Lyon 3
Recherche avancée

Faculté des Langues - Université Jean Moulin Lyon 3

Université de Lyon

Accueil : Faculté des Langues / Actualités / Publications

Modernités russes - numéro spécial Hors série

  • Version PDF

Mélanges à la mémoire de Daniel ALEXANDRE

Mise à jour : 29 juin 2009

lanne
Né à Lyon, ville à laquelle il resta toute sa vie profondément attaché, fils unique d'un père d'origine lorraine, dessinateur publicitaire et peintre de talent, rien ne prédestinait Daniel Alexandre à devenir professeur de russe. Très tôt cependant il se passionna pour les langues étrangères enseignées à l'Ecole de la Martinière où il effectua ses études. secondaires: l'allemand et l'anglais où il excella (au point d'être recruté quelque temps comme traducteur à Genève à l'ONU). Il débuta l'apprentissage du russe aux cours du soir dispensés à la Faculté des Lettres de Lyon. Sa vocation était née. Parti à Paris suivre les cours de l'École Nationale des Langues orientales, il y obtint le diplôme de langue russe en 1949, avec une moyenne de 18/20. Revenu à Lyon, il y prépara la licence et le DES de russe, et enfin l'agrégation à laquelle il fut reçu en 1953, classé premier. De 1954 à 1957 il fut professeur au Lycée du Parc - le seul professeur de russe de l'enseignement secondaire lyonnais de l'époque - avant d'être nommé assistant de russe à la Faculté des Lettres en octobre 1957. Successivement maître-assistant, chargé d'enseignement dans une maîtrise de conférences, il devint professeur titulaire à l'université Jean Moulin (Lyon III) où il exerça jusqu'en 1994, année de son départ à la retraite. Au long de toute cette carrière lyonnaise, il participa activement au développement de la section de russe et dirigea pendant une vingtaine d'années le département d'Études slaves. Dès 1957 il avait entrepris, sous la direction du Professeur Pierre Pascal, une thèse principale intitulée: Glèbe Ouspenski et le populisme, tandis qu'il avait opté pour une thèse complémentaire en linguistique. Il modifia par la suite cette orientation et soutint finalement à Paris IV Sorbonne le 14 janvier 1978 sa thèse de Doctorat d'Etat sur le sujet suivant: L'emploi des diminutifs en russe moderne. Deux publications reflètent en quelque sorte les deux principaux domaines de recherche qui furent les siens: La littérature roturière dans la Russie du XIX' siècle (1860-1880), «Annales de l'université Jean Moulin », I, 1975, p.125-137, et Le contenu du texte et l'ordre des mots, «Études de linguistique à partir du domaine russe», UFR de langues et littérature de l'université de Poitiers, 15, 1989, p.369-377. Par ailleurs sa grande curiosité d'esprit le portait vers divers centres d'intérêt, notamment l'histoire de la Seconde guerre mondiale, des batailles navales en particulier: il s'était engagé volontairement dans la marine pour y accomplir son service militaire, et, sorti major de l'Ecole des EOR de Brest, il se plaisait à évoquer ses souvenirs de navigation sur le Tourville. Au terme de la longue et douloureuse maladie qui l'emporta, sa dernière joie fut sans doute de voir naître et de tenir dans ses bras Louis, son petit-fils, né en avril 2005. Ce recueil de Modernités russes est dédié à la mémoire de Daniel Alexandre. L'ouvrage rassemble des articles de son épouse, de ses amis et collègues, de ses anciennes étudiantes. La diversité des domaines abordés (littérature comparée, linguistique, littérature et civilisation russes) reflète l'ampleur et la variété des intérêts de Daniel Alexandre qui joignait à une vaste érudition et une intense passion pour le savoir d'exceptionnelles qualités humaines. Tous ceux qui ont eu la chance et le bonheur de travailler avec Daniel Alexandre au sein du département d'Études slaves de l'université de Lyon III gardent le souvenir d'un collègue d'une exquise courtoisie, d'une profonde modestie, d'une rare discrétion et d'une inépuisable générosité. En réalité, plus qu'un collègue, il fut pour nous tous un ami qui savait enseigner par l'exemple les vertus cardinales du magistère universitaire : l'inlassable recherche de la vérité et une probité intellectuelle sans faille. C'est à ce collègue éminent, à cet ami très cher qu'est rendu un hommage ému dans ce recueil. Jean-Claude Lanne ISSN : 0292-0328  - Prix : 20€    Imprimé par le service Édition de l'Université Jean Moulin Lyon 3

Thématique(s)
Recherche

Rechercher un article

Recherche un article

Mise à jour : 29 juin 2009