• Recherche,
  • Langues,

Dossier « L’après-guerre des intellectuels japonais », Ebisu. Études japonaises, no54, 2017, p.5-209

Coordonné par Nicolas Mollard

Publié le 29 janvier 2018 Mis à jour le 29 janvier 2018
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les autorités d’occupation engagent une série de réformes démocratiques – participation des femmes à la vie politique, liberté d’association syndicale, démilitarisation de l’éducation, etc. – et se donnent comme priorité de démanteler le shintô d’État, les conglomérats financiers et la grande propriété terrienne, qui ont soutenu l’impérialisme. Les intellectuels, ayant recouvré dans une large mesure leur liberté d’expression, cherchent à analyser la trajectoire prise par le pays depuis sa modernisation ainsi que les causes des dérives militaristes et impérialistes qui l’ont mené à la guerre totale. Un bilan nécessaire pour pouvoir appréhender ce nouveau Japon démocratique et pacifique voulu par l’occupant.

Ce numéro se propose de relire quelques figures connues ou moins connues qui ont marqué les débats des années 1945-1960 : Maruyama Masao, Nakai Masakazu, Yoshimoto Takaaki, Mishima Yukio, Terao Gorō.

Consulter le dossier en ligne


Mise à jour : 29 janvier 2018